Le séisme en Équateur

Publié le 22 avril 2016

Le 16 avril dernier, l'Équateur a connu son pire séisme depuis plus de 40 ans. Un tremblement de terre d'une magnitude de 7,8 sur l'échelle de Richter a eu lieu sur la côte Pacifique faisant des centaines de morts et près de 1000 blessé(e)s. Dans ces circonstances tragiques, nous avons su que Pascuales, notre lieu d'intervention, n'avait heureusement pas été touché par cet événement. Les employé(e)s et les dirigeant(e)s de la Fundación de Asistencia Social Misión Rosalia Cadrón ont été épargnés. Bien sûr, cela n'enlève rien à la gravité de la situation. 

Nous sommes toutefois très solidaires avec le peuple équatorien qui doit se relever d'une des pires catastrophes de son histoire. Comme il s'agit d'une intervention d'urgence, la Fondation pour les Enfants de l'Équateur n'amasse pas de fonds directement pour l'aide aux victimes du séisme. Des experts en intervention humanitaire sont présentement sur place pour évaluer la situation et répondre aux besoins de la population.

Un nouveau projet à Pascuales

Publié le 6 juillet 2015

Depuis maintenant un an, un programme de soutien psychologique a été mis sur pied à Pascuales, grâce au généreux soutien financier de la Fondation Marcelle et Jean Coutu. Grâce à cet appui, la FEÉ a travaillé conjointement avec la Fundación de Asistencia Social Misión Rosalia Cadrón pour embaucher une nouvelle psychologue, travaillant maintenant à temps plein sur le site des deux centres. Son travail consiste à effectuer des interventions cliniques auprès de la clientèle du centre pour femmes, auprès des enfants fréquentant la garderie (et de leurs parents) ainsi qu’auprès des étudiants bénéficiaires du programme de parrainage.

Tout au long de l’année, la psychologue a rencontré l’ensemble des enfants qui fréquentent la garderie, accompagnés de leurs parents, afin de déterminer les besoins de chacun. Avec certaines familles, elle a dû réaliser des interventions cliniques plus poussées. Elle a également organisé des ateliers avec les parents pour les sensibiliser à l’alimentation saine, à l’éducation sans violence et aux manières de réagir face à des enfants ayant des troubles de comportements. Quelques ateliers auprès des enfants les sensibilisent aussi à reconnaître les limites de la violence. Finalement, elle a également travaillé de pair avec les éducatrices de la garderie afin de leur donner des outils concrets pour gérer les situations de crise avec certains enfants.

Ce sont le président et le directeur de la FASMRC qui ont vu la nécessité de développer ce programme. À Pascuales, les besoins sont criants. Il était tout indiqué d’offrir ce service à la clientèle qui fréquente déjà les centres. Grâce à ces nombreux ateliers et aux séances, le programme de soutien psychologique s’avère efficace et a déjà un impact sur la communauté de Pascuales. Il permet  de soutenir les parents et les enfants en lien avec la FASMRC vivant dans un contexte de violence et de pauvreté.

© Fondation pour les enfants de l'Équateur